THEATRE 140 LOGO

Théâtre 140
Avenue Plasky 140
1030 Bruxelles


Réservations
+32 (0)2 733 97 08

tickets@theatre140.be

 

L'édito

 

 

L’un n’empêche pas l’autre

 

En entrée de saison, l’année dernière, nous présentions Nella Tempesta par la compagnie italienne Motus. Un an plus tard, les boat-people et naufrages en mer de milliers de réfugiés sont malheureusement toujours au centre des préoccupations.
L’actualité cet automne au 140 passera notamment par le Burkina Faso.
Alors qu’à Ouagadougou, la résistance s’est organisée contre le putsch de Diendéré, les élections auront finalement lieu en novembre.
C’est aux mêmes dates que la compagnie Marbayassa viendra nous offrir sa version du Malade imaginaire. Nous les retrouverons au bar des artistes après ces trois soirées. Ils nous expliqueront comment la patrie des hommes intègres se débarrasse de celui qui prend injustement le pouvoir.
Oui, le monde est secoué. Mais tout ceci n’exclut pas le plaisir. Les spectacles que nous avons aimés sont aussi d’ordre à divertir.
S’ensuivra Le concert sans retour, d’une justesse et d’un humour délicieux où sopranos et barytons porteront le sombrero.
Puis le scénario de Prévert sur scène, Les enfants du paradis, le chef d’œuvre de Marcel Carné revu par Philippe Person.
Nous clôturerons cette première partie de saison par un gala d’humour avec Dan Gagnon, Alex Vizorek, James Deano et Funky Fab dans le cadre de l’opération de Viva for Life, avant de retrouver l’univers surréalo des Reckless Sleepers en janvier.
Voici 53 saisons que la machine à rêves du 140 est lancée. Vous êtes férus de nos découvertes, nous sommes friands de votre complicité.


Astrid Van Impe


 

Bonjour,
au revoir.


On se quitte mais pas tout à fait.
Je reste bruxellois, pas d’exil intempestif, mais j’ai tout de même droit à un peu de repos?
Astrid Van Impe est notre nouvelle directrice et c’était, pour ne rien vous cacher, mon souhait le plus cher.
C’est que nous avons fait un sacré bout de route ensemble.
Astrid, Corinne, Sylvie, Olivier, Marc et Geoffroy. Que du haut de mes 84 ans, je dise mon bonheur de cette équipe. Un authentique « directoire » en un lieu où ont été révélées tant de merveilles que nous avons eu la chance ou l’audace d’héberger.
Comme j’ai déjà dû l’écrire, je ne suis pas l’auteur des arpèges des Pink Floyd ou de Serge Gainsbourg, je n’ai pas donné de cours de danse à Pina Bausch, je n’ai pas fait la seconde voix aux concerts de Nougaro, de Sanseverino, de Dick Annegarn, de William Sheller, nous ne nous sommes substitués à l’écriture d’aucun dramaturge, mais nous avons, paraît-il, découvert le Théâtre National Palestinien et son Antigone en arabe, l’humour de Desproges, de Zouc, la verve musicale d’Higelin, l’écriture folle de Brigitte Fontaine.
Et nous allons accueillir de grandes et belles choses, L’Histoire de l’imposture de mon ami Patrick Bonté, l’émancipation théâtrale du film culte Les enfants du paradis qui me rappelle les touchantes répliques de Prévert, Agnès Jaoui, aussi plein de nouveaux chanteurs, et les comédiens du Burkina Faso qui relisent Molière en dansant.
Un bel « au revoir ».

Jo Dekmine


P.S. Abonnez-vous cette année, cela me touche personnellement. Soyez dès octobre nos enfants du paradis. Et vous serez gâtés.

 

Ma sélection

Vous réservez  0 Afficher le détail

Pour un montant total de

Ma commande    Vider

tytutut

Agenda